top of page

Résultats de recherche

50 items found for ""

  • Josephine Baker | Femmes Exceptionnell

    Josephine Baker Josephine Baker in 1940 Years of youth Freda Josephine McDonald, later called by her stage name Joséphine Baker, was born on June 3, 1906, in the United States, in Missouri , of Spanish , African-American and Native American descent. It probably descended from Eddie Carson, musician itinerant street with Spanish origins 4 . Artists, his parents put together a number of song and dance but Eddie Carson abandoned his family in 1907. Carrie McDonald, his partner, remarried a worker, Arthur Martin, whose name Joséphine took 6 . The young woman spends part of her childhood alternating between school and housework for wealthy people to whom her mother sends her to work. At that time, Joséphine Baker had no other choice than to contribute, through her salary, to support the siblings of which she was the eldest; the family is very poor and has grown: Carrie and Arthur had three children - Richard, Margaret and Willie Mae - who must be fed. Joséphine left school in February 1920 to get married, as the registers of the public establishment she attended in Saint-Louis indicate. Then 13 years old, she continues to live in the house of Martin 9 with her husband Willie Wells. ​ Josephine Baker in the 1920s Negro magazine Joséphine Baker, la panthère noire 00:00 / 48:48 Joséphine Baker, la panthère noire Paris 22 septembre 1925. Sur un quai de la gare Saint-Lazare, un homme attend. C'est André Daven, le secrétaire général du théâtre des Champs Elysées. Il est nerveux. Le train du Havre entre en gare. La portière d'un wagon s'est ouverte et sur le quai se répand un petit monde bruyant, riant. Une troupe multicolore, extravagante, portant des vêtements insensés. Des chemises rouges, vertes, des souliers jaunes. Des chapeaux avec des coquelicots qui surplombent 30 visages d'ébène. Trente paires d'yeux étonnés. C'est la troupe américaine de la Revue Nègre. Une adolescente au teint cuivré, souple, électrique, portant une salopette noire et blanche se détache du groupe. Les bras tendus, elle fonce sur André Daven, qu'elle ne connaît pas, lui saute au cou et s'écrie de sa voix d'oiseau : ​ Alors ça c'est Paris ! ​ Robert Arnaut révèle ici ses talents de conteur, il raconte l'arrivée de Joséphine Baker dans la fameuse Revue Nègre, venue d'outre-Atlantique pour bouleverser le Paris de 1925. Portrait magnifique d'une femme hors-normes, cette Chronique Sauvage de Robert Arnaut nous offre un récit haletant et savoureux, et, en prime, la voix chantée et parlée de Joséphine Baker, ainsi qu'une interview de l'affichiste Paul Colin, dont le talent servit à merveille les premiers éclats de la danseuse. ​ La Revue Nègre En 1925, au musée des Arts Décoratifs, l’exposition d’Art nègre attire l’œil de certains artistes parisiens, dont le peintre cubiste Fernand léger. Son directeur artistique, André Daven, ami du peintre, choisit alors de présenter Les Blackbirds et les danseurs de la Revue nègre, venus d’outre-Atlantique et qui ne laisseront personne indifférent. Le graphiste, Paul Colin, élève d'Eugène Vallin et de Victor Prouvé, suit de très près les répétitions. La présence de l’éblouissante Joséphine l’inspire infiniment et il contribue, par le succès de ses affiches du spectacle, à lancer la carrière de la jeune danseuse. Freda Josephine McDonald, known as Joséphine Baker 1 , is a singer , dancer , actress , magazine leader and French resistance fighter of American origin, born June 3 , 1906 in Saint-Louis ( Missouri ) and died April 12 , 1975 in the 13th arrondissement from Paris . Star of the music hall and icon of the Roaring Twenties , she became French in 1937 , after her marriage to Jean Lion. During the Second World War, it played an important role in resistance to the occupier. She then used her great popularity in the service of the fight against racism and for the emancipation of blacks, in particular by supporting the American civil rights movement . By decision of Emmanuel Macron , entry to the Pantheon of Joséphine Baker is announced for November 30, 2021. Freda Joséphine McDonald as a child Debut at the music hall ​ Freda Josephine McDonald, later called by her stage name Joséphine Baker, was born on June 3, 1906, in the United States, in Missouri , of Spanish , African-American and Native American descent. She would probably be descended from Eddie Carson, a traveling street musician with Spanish origins. Artists, his parents put together a number of song and dance but Eddie Carson abandoned his family in 1907. Carrie McDonald, his partner, remarried a worker, Arthur Martin, whose name Joséphine took 6 . The young woman spends part of her childhood alternating between school and housework for wealthy people to whom her mother sends her to work. At that time, Joséphine Baker had no other choice than to contribute, through her salary, to support the siblings of which she was the eldest; the family is very poor and has grown: Carrie and Arthur had three children - Richard, Margaret and Willie Mae - who must be fed. Joséphine left school in February 1920 to get married, as the registers of the public establishment she attended in Saint-Louis indicate. Then 13 years old, she continues to live in the house of Martin 9 with her husband Willie Wells. ​ Broadway dancer ​ But Josephine Baker thinks big, and the desire to dance on Broadway pushes her, barely 16 years old, to leave her second husband to go and try her luck in New York. Once there, it doesn't take long for her to show up at the Broadway Music Hall on 63rd Street, Daly's 63rd Street Theater. (in) . There, she suffered several refusals from the director before finally being offered a summary role. She therefore joined the troupe of the musical Shuffle Along , a popular show with an all-black cast. After two years of touring, she changes allegiance and joins forces with the Chocolate Dandies, which she in turn leaves to enter the Plantation Club, where she meets Caroline Dudley Reagan. This socialite, wife of the commercial attaché of the American embassy in Paris, Donald J. Reagan, sees in Josephine Baker a great potential. She therefore offers her a salary of 250 dollars a week if she agrees to follow her to France, where Reagan wants to put on a show in which Joséphine Baker will be the star and which will make her a star: the Negro Revue. ​ Après la Première Guerre mondiale, Paul Colin deviendra le chef de l'École moderne de l'affiche lithographiée. Il aura imaginé avec talent plus de 1 400 affiches, de décors de théâtre et de costumes, en quarante années de création pour les arts de la scène et le monde du spectacle. Si certaines critiques de l’époque expriment le refus d’un choc culturel, Joséphine Baker a ses fans. Parmi eux, de nombreux artistes, tels Fernand Léger, Kees Van Dongen, Le Corbusier, Colette, Jean Cocteau, Pablo Picasso ou encore René Crevel. Par sa liberté de ton et d’allure, son indépendance d’esprit, sa personnalité hors-normes, son succès lié à cette présence explosant tous les codes, le phénomène Joséphine Baker devient l’emblème des Années folles et marquera l’apogée de la "mode nègre" en art. Sur décision du Président de la République, Joséphine Baker sera honorée au Panthéon le 30 novembre 2021. À travers ce destin, la France distingue une personnalité exceptionnelle, née américaine, ayant choisi, au nom du combat qu’elle mena toute sa vie pour la liberté et l’émancipation, la France éternelle des Lumières universelles. Artiste de music-hall de renommée mondiale, engagée dans la Résistance, inlassable militante antiraciste, elle fut de tous les combats qui rassemblent les citoyens de bonne volonté, en France et de par le monde. Pour toutes ces raisons, parce qu’elle est l’incarnation de l’esprit français, Joséphine Baker, disparue en 1975, mérite aujourd’hui la reconnaissance de la patrie. Joséphine Baker (1906 - 1975)(1) 00:00 / 59:45 Joséphine Baker, une vie, une oeuvre Quand Joséphine Baker cassait les codes du noir 00:00 / 28:43 Quand Joséphine Baker cassait les codes du noir Joséphine Baker (1906 - 1975), une artiste engagée(1) 00:00 / 58:55 Joséphine Baker, une artiste engagée Joséphine Baker en 1940. • Crédits : Domaine public – Wikimedia Commons - Studio Harcourt – RMN Icône du music-hall, Joséphine Baker (ici en 1948) sera toute sa vie une artiste engagée, au service de l'égalité des droits mais aussi de la liberté. Ministère de la Culture/Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN / Studio Harcourt Joséphine Baker, en 1961, au Château des Milandes.• Crédits : Domaine public – Wikimedia Commons - Jack de Nijs / Anefo Joséphine Baker repose à Monaco auprès de son quatrième époux, le chef d’orchestre Jo BOUILLON (Joseph Bouillon : 1908-1984).

  • Elisa Deroche | Femmes Exceptionnell

    Elisa Deroche, the first female pilot ​ Élisa Deroche, known under the pseudonym Baronne Raymonde de Laroche, is a French aviator born August 22 , 1882 in Paris ( 4th arr. ) 1 and died on July 18 , 1919 in Le Crotoy . She was the first woman in the world to obtain her pilot's license on March 8, 1910. ​ Élisa Léontine Deroche was born in the Marais district at number 61, rue de la Verrerie in Paris, to Charles-François Deroche portfolio manager and Christine Calydon Gaillard. As a young woman, she began an artistic career. On December 15, 1903, at the Sarah Bernhardt theater , she played the role of Doña Sérafine in the play La Sorcière by Victorien Sardou 2 . On October 10, 1904, at the Mathurins theater , she played the role of Maria in the play Baptiste by Michel Carré 3 . On December 16, 1906, at the Réjane theater , she played the role of Rigolboche in the play La Savelli, an adaptation of Gilbert-Augustin Thierry's novel, with a production by Max Maurey 4 It was during this period at the theater that she will take the pseudonym of " Baroness Raymonde de Laroche », In memory of his granddaughter, Raymonde Marguerite Charlotte Thadome, who died on March 25, 1902 at the age of seven and a half months 5 , n 1 . She is also devoted to painting and sculpture and motorsport. Very early on, the young Elisa Deroche developed a passion for sports. In 1892, at the age of ten, he was offered a pony ; she developed a passion for horse riding and then successively tennis, rowing, skating, and cycling 6 . Around 1902, she will drive a motorcycle, modeled on the Werner Brothers . It was also in 1902 that she obtained her driving license 7 . On September 13, 1906, Raymonde de Laroche was present in Bagatelle , when Santos-Dumont made a successful first flight. On January 13, 1908, she was in Issy-les-Moulineaux , when Henri Farman made a loop of one kilometer 8 . Raymonde de Laroche will be interested in the studies and experiences of Blériot , Ernest Archdeacon , and the Voisin brothers. After studying various aircraft, she chose the Voisin biplane for these qualities of handling, stability and ease of piloting, and it was in 1909 that she met Charles Voisin , founder with her brother Gabriel of the company Voisin Frères 9. . ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ Raymonde de Laroche can no longer remain a mere spectator of the pioneers of aviation ; she confirms her decision to carry out her first flight alone on board. And it is the aviator engineer Édouard Château who will take charge of his training at the Châlons camp in Mourmelon. On October 22, 1909, she will make her first flight alone aboard a Voisin biplane over a distance of 300 meters, the next day she will do better with a flight of 6 kilometers, still under the vigilance of Mr. Château 10 . On January 1, 1910, she took delivery of her Voisin biplane and made a fine seven-minute flight, but was stopped by the night so that she could not compete for the pilot's license (see the newspaper the Auto of January 2, 1910 page 3) January 4, 1910 Raymonde de Laroche trains to obtain her pilot's license on the Bouy field, she takes her flight around 3 p.m. in a weak wind, she makes a first lap of the track flying at four meters high in perfect conditions, when on the second lap, having taken a turn too wide and not being able to climb high enough, she crashed into the poplars bordering the road, the aircraft fell suddenly, she was lying unconscious and immediately transported to Mourmelon ( see the newspaper l'Auto of January 5, 1910 page 3) That same day Léon Delagrange was killed on the ground of La Croix-d'Hins in Gironde (see the newspaper l'Auto of January 5, 1910 page 1) It was during the Heliopolis meeting in Egypt from February 6 to 13, 1910 that the Aero-Club de France will validate the obtaining of the pilot's license from Baroness de Laroche, which will be issued to her on March 8, 1910. She is the first woman, in France and in the world to obtain the pilot's license, no 36 of the Aéro-Club de France 11 . However, she was not the first woman to have piloted an airplane solo, it was Thérèse Peltier who preceded her by making a flight in September 1908 without having a certificate. From then on, she took part in numerous aerial gatherings, both in France and abroad, such as Héliopolis , the Meeting de Tours from April 30 to May 5, 1910, the meeting in Saint Petersburg from May 8 to May 15, 1910, where , in front of Tsar Nicolas II , Élisa de Laroche will make a splendid flight : at a height of 100 meters, it cuts off the engine of its biplane to land in gliding 12 . It also occurs at the Budapest meeting from June 5 to 15, 1910 and at the Rouen meeting from June 19 to 26, 1910. From July 3 to 10, 1910, it appeared during the second great aviation week in Champagne . She was seriously injured during a meeting in Reims , July 8, 1910, her plane having crashed ; it will be transported to Doctor Roussel's clinic in Reims. Recovered, she left the clinic on October 7, 1910 to return to her Parisian home 13 , n 2 . On May 20, 1911, Raymonde de Laroche was appointed Academy Officer by Théodore Steeg , Minister of Public Instruction and Fine Arts 14 . September 14, 1911 at the Meeting of Dinard on the beach of the Lock Roland Garros made a beautiful flight of ten minutes over the sea with Raymonde de Laroche as a passenger (see La Revue Aérienne of September 25, 1911 page 483) On September 26, 1912 at Corcelles-en-Beaujolais at a place called La Lime, Charles Voisin was driving his car, a Hyspano-Suiza, with La Baronne de Laroche, when suddenly they were victims of a terrible accident. His close friend Charles was killed instantly, Raymonde de Laroche was thrown out of the car and got away with a few bruises (see the Auto newspaper of September 28, 1912, page 3). After a long period of convalescence, following his accident of July 8, 1910, and nostalgic to regain altitude, fleeing all the remonstrances that his friends and family might have given him, Raymonde de Laroche comes to an agreement with the manufacturer Sommer to resume training at Mourmelon, in November 1912 15 . During the year 1913 she will train at length in Buc at Farman. On May 23, 1913, leaving Buc, Raymonde de Laroche will fly for more than an hour at a height of 100 meters, the night will force her to return and she will land masterfully in a gliding flight near the hangars (see the newspaper l'Auto of May 24, 1913 page 3) From July 12 to 14, 1913 at the Meeting of La Ferté-Vidame, she will present exhibitions on July 13, note the presence of the aviator Jacques Vial her future second husband (information announced in the newspaper l'Aéro of July 12, 1913 page 4 ) From August 10 to 18, 1913 at the Granville meeting, she was particularly distinguished by magnificent evolutions on her hydro-plane-Henri-Farman-Gnome, despite a violent wind she ventured daringly at sea in the direction of the Chausey Islands after veering seven or eight kilometers offshore, she returned to land superbly greeted by cheers (see the Aéro newspaper of August 11, 1913 page 2) On November 25, 1913 in Mourmelon at Camp de Châlons, Raymonde de Laroche won the Femina Cup for distance and duration, on an H. Farman-Gnome biplane, she took to the air at 7h 5mn and turned on the 10 kilometer track. and covered a distance of 323 kilometers for 4 hours, but as a result of a malfunction of the fuel pointer she reluctantly ended her flight at three past twelve. Note that the Femina Cup was previously held by Ms. Pallier on November 10, 1913, having traveled a distance of 290 kilometers in 3 hours 40 minutes (see the newspaper l'Aérophile of the year 1913 page 543) In August 1914 his Henri Farman 60 HP N ° 69 device was requisitioned, in October 1914 Reims was bombed, his home at N ° 6 rue Coquebert was probably destroyed, she remained in Paris at N ° 5 rue des Belles Sheets. She wanted to take place in a squadron and compete in daring with our boldest pilots, but the authorization she requested with such insistence was mercilessly refused (see the newspaper Le Petit Journal of July 19, 1919 page 1) On April 21, 1919 Raymonde de Laroche resumed training at Issy-les-Moulineaux, she piloted a Caudron G3, and her first post-war tests were most encouraging (see the Auto newspaper of April 21, 1919 page 2 ) She broke the women's altitude record on June 6, 1919, at Issy-les-Moulineaux she piloted a Caudron G3, she took off at 8 hours 38 minutes in the presence of the Aéro Club de France commissioner, the sky was clear at the start but was covered quickly, at 10 hours 27 minutes 30 seconds it returned to land, the recording barograph indicated an altitude of 3900 meters (see the Auto newspaper of June 7, 1919 page 1) According to the comments of the newspaper l'Auto of June 8, 1919, learning of the performance of Raymonde de Laroche the American Ruth Law declared that in September 1917 she would have reached the altitude of 4,240 meters, it seems surprising that the aviator American waited nearly two years to claim a record that has never been approved (see the Auto newspaper of June 8, 1919, page 1). New altitude record on June 12, 1919 at Issy-les-Moulineaux, Raymonde de Laroche takes off at 19 hours 8 minutes and 45 seconds, with remarkable regularity, the courageous aviator rises to more than 4000 meters, but by Following the fog she was forced to land around 9:15 p.m. at nightfall, at Gastine 8 kilometers from Nangis, the landing was perfect, the barograph indicated 4800 meters, her performance broke the record claimed by Ruth Law ( see the newspaper l'Auto of June 14, 1919 page 1) This feat will mark the peak of his career. because she died on July 18, 1919 during a training flight, on a Caudron model G3 prototype, when she was not at the controls : piloted by the aviator Barrault, the aircraft crashes on the beach of Crotoy. Élisa Deroche rests in the Père-Lachaise cemetery , in the 92nd division. ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ An autograph of Raymonde de Laroche given after 1910 accident. Of all French military aircraft, the Caudron G.3 was the only aircraft to be built continuously from September 1914 until the Armistice. Despite a magnificently fulfilled career, it was through exploits after 1918 that he remained in the memories until today. ​ Artillery Observer ​ In August 1914 only one squadron had a two-seater Caudron G.2 for reconnaissance and observation of Artillery, the C.11; a second, unofficial, the CM, had single-seaters. Their crews were particularly effective in directing artillery fire during the Battle of the Marne, so that the improved version of the G.2, the G.3 was retained as one of the four standard airplanes of the Aeronautics by General Hirschauer. ​ Versatile ​ The G.3 did wonders in its initial role by inaugurating the operational use of the TSF to communicate with the gun batteries, but also as a photographic reconnaissance aircraft and even a light bomber. Very safe and manoeuvrable plane, of very simple construction, it forgave piloting errors and its very wide track gear guaranteed a safe landing. Only its top speed left something to be desired. ​ Coach ​ Large-scale production was first carried out jointly by Caudron in Lyon and Issy-les-Moulineaux, Blériot in Suresnes and SPAD (Deperdussin), the latter two being out of workload. The Caudron G.3 no longer met the requirements of combat in 1916. On the other hand, when it entered schools, it enjoyed considerable success with instructors and students, including Fonck, l'As des As, Fronval and Delmotte. At the Armistice, 2,402 units had been built, some of which had been used by Italy, Great Britain, Portugal, Spain, Serbia and Russia. ​ Achievements in peacetime ​ At the end of hostilities, Jules Védrines, the Ace of Special Missions, landed on the roof of Galeries Lafayette with this plane without brakes - powerful arms kept it from tipping over. Adrienne Bolland became, on April 1, 1921, the fourth person to cross the Andes Cordillera and François Durafour landed just below Mont-Blanc on July 30, 1921. ​ Élisa Deroche rests in the Père-Lachaise cemetery , in the 92nd division.

  • Negro review | Femmes Exceptionnell

    La Revue nègre is a musical show created in 1925 in Paris . By its success and the personality of Josephine Baker which is the rising star, it allows among other things a wider distribution of the music of jazz and black culture in Europe . Josephine Baker dancing the Charleston of Folies-Bergère , in Paris - Revue Nègre Dance (1926). Story ​ The creation of the Revue nègre is linked to the emergence in France so-called jazz music: this landed in Paris a few months before the end of the First World War via jazz bands composed of American soldiers and influence of musicians like Igor Stravinsky (Ragtime, 1919), poets like Jean Cocteau , Guillaume Apollinaire Where Blaise Cendrars , painters, before spreading in Parisian dance halls through the fashion of charleston . Other styles are revealed as the Jazz New Orleans since London or Duke Ellington very early on gave a series of concerts. On the other hand, at the beginning of 1920s , the shows of music hall and cabaret are distributed to a larger audience. In 1921, we can even speak of a " negrophilia " : the Goncourt price is awarded that year to Martinican René Maran for Batouala, a true negro novel. The Revue nègre is part of the context of "black madness", it is both the product and the instrument of its amplification 3 . The creation of the “Revue nègre” takes place within the framework of Champs-Élysées theater who had already known hours of glories and scandals at the time of the Russian ballets (1913-1917) and is looking for a second wind. In 1925, André Daven , artistic director of this Parisian theater, sets out in search of a new type of show. His friend the painter Fernand Leger who worked on Swedish Ballets , with mixed success, has also long been marked by Negro Art , as have its accomplices Apollinaire, Picasso, Max Jacob and some of the first surrealists: Léger suggests creating a show performed entirely by blacks. Daven then meets an American, Caroline Dudley Reagan (who will become the companion of Joseph Delteil ), who sets out in search of a black troop for Daven. It is at new York that Dudley, as a real impresario, succeeded in convincing twelve black musicians whose Sidney Bechet , and eight choristers including Joséphine Baker , twenty people in all, to leave for Paris, a city renowned for its liberality. The artistic spirit of the review is unprecedented, mixing original jazz-band music and choreography, burlesque numbers, scenography with mobile decorations in front of which the partly naked body can express itself without vulgarity. We can say that this show constitutes an event in the sense that, on the one hand, it reveals for the first time in France an authentic "black culture" detached from colonialist pressures, and on the other hand, it allows a kind of popular essence to emerge in a place reserved for artistic experiences of modernist type. The promotional poster is created by the young poster artist Paul Colin , whose brilliant career she helped launch 3 . The premiere takes place on 2 October 1925 , Joséphine Baker goes in the first part. In the crowded room, are notably present Robert Desnos , Francis Picabia and Blaise Cendrars . Success is there: Daven wins his bet. Contexte historique ​ Les années folles, antidote à la Grande Guerre ​ « Roaring Twenties » de Broadway dépeintes par Fitzgerald aux États-Unis, années folles symbolisées en France par le scandale de la Revue nègre : la décennie qui suit la Grande Guerre peut apparaître comme une parenthèse de luxe appelée plus tard « l’entre-deux-guerres ». La « génération du feu » – dont fait d’ailleurs partie Paul Colin (1892-1985), blessé à Verdun en 1916 – a beau témoigner, manifester et commémorer, il semble que les Français cherchent à oublier et s’engouffrent dans une course frénétique à la consommation et à la modernité. Depuis le début du siècle, le traditionnel café-concert s’est peu à peu mué en music-hall. Les revues des grandes salles parisiennes rivalisent par l’appel à l’exotisme, le luxe affiché des décors et l’originalité des programmes musicaux et des rythmes dansés. L’affiche de Paul Colin fait date, tout autant que la Revue nègre qui a fait irruption à Paris en octobre et novembre 1925. C’est semble-t-il par hasard que se sont rencontrés, plusieurs années après le conflit, le peintre provincial encore inconnu et un ancien camarade du front, devenu entre-temps directeur adjoint du Music-hall des Champs-Élysées. Désigné affichiste et décorateur de la salle parisienne, Paul Colin, figure marquante de l’Art déco, entame avec cette affiche une longue carrière de dessinateur à succès. ​ La Revue nègre, entre caricature et modernité ​ Avant de livrer le dessin final pour la première affiche de la Revue nègre, Paul Colin suit longuement les répétitions de la troupe (treize danseurs et douze musiciens, dont Sydney Bechet), venue de New York où elle a déjà triomphé sur Broadway. Seul changement, et de taille : le remplacement de la vedette – qui a refusé de faire le voyage – par une jeune fille de dix-huit ans à peine : Joséphine Baker. C’est donc logiquement que Colin choisit de la faire figurer sur l’affiche, au sommet d’une composition classique en triangle. Le présent document correspond à l’une de ses esquisses préliminaires. Sur le fond blanc se détachent nettement le brun foncé et le rouge des figures stylisées. La danseuse ressort elle-même en blanc et gris sur le fond des fracs et des peaux noires ; elle est légèreté, suggestion érotique et frêle provocation imposée à l’énergie brute et massive du musicien et du danseur. La rondeur exagérée des formes de la danseuse et des yeux des deux « nègres », archétypes reconnaissables à leurs épaisses lèvres rouges et à leurs cheveux crépus, tire le dessin vers la caricature, consciente et assumée. Mais l’esquisse saisit également le mouvement qui anime la troupe entière. La disposition et les attitudes balancées des trois personnages, représentés ici sur le vif, en un instantané, comme en suspens, donnent l’illusion d’assister à un moment du spectacle. La rythmique syncopée du charleston transparaît nettement dans le déhanchement provocateur de Joséphine Baker. Enfin, la publicité du spectacle lui-même et sa renommée sont assurées par le rappel des grimaces – joues gonflées, yeux qui roulent et qui louchent, postures animales – qui lui ont été imposées pour la dernière scène, dite de la « danse sauvage ». Le portrait photographique de Joséphine Baker en pleine gloire, lors de la suite de la tournée à Berlin, synthétise tout ce que la jeune fille noire américaine a apporté et inspiré au Paris des années folles. Elle apparaît ici sur un fond neutre, sans décor exotique, dans une pose plutôt sage – surtout au regard des attitudes « sauvages » (en fait, fortement érotiques) qu’elle prenait lors de ses spectacles. La simple nudité de l’artiste est relevée par l’exubérance des plumes d’autruche qui voilent et suggèrent en même temps sa cambrure. Les accroche-cœurs de sa coupe « garçonne », noir de jais, et sa peau hâlée contrastent comme sur l’affiche de Paul Colin avec ses yeux en coin, ses dents éclatantes, les perles qui ondulent sur sa poitrine et, enfin, les manchettes, « chevillières » et chaussures blanches. Sa posture, un bras levé, une main sur la hanche, la tête penchée en signe d’invite, est entrée telle quelle dans l’imaginaire collectif. ​ L’apogée de la « mode nègre » dans l’art : le «phénomène Joséphine Baker », emblème des années folles ​ La thématique « nègre » a inspiré les avant-gardes du début du siècle avant de se cristalliser dans la figure de Joséphine Baker et l’irruption du jazz sur les scènes parisiennes. La première danse « nègre » a été introduite à Paris par Gabriel Astruc au Nouveau Cirque, en 1903 : il s’agissait en fait du cake walk inspiré des minstrels shows américains – où des Blancs se grimaient en Noirs pour chanter et danser comme les anciens esclaves. L’« art nègre » cher à Picasso ou aux surréalistes, les poèmes de Cendrars ou les mélodies de Milhaud et de Satie, témoignent d’une certaine « négrophilie » des artistes français du premier quart du XXe siècle. Elle est indissociable d’une aspiration à la modernité qui suscite le scandale : idoles africaines opposées aux statues de l’Antiquité classique, jazz débarqué avec les soldats américains de la Grande Guerre concurrençant la musique de chambre ou l’opéra de la Vieille Europe – et enfin, Joséphine Baker, la trépidante danseuse au léger pagne de bananes (dans son spectacle de 1927). Il semblerait que la « danse sauvage » qui a révélé la danseuse au Tout-Paris le 2 octobre 1925 ait été ajoutée à la scénographie new-yorkaise à la demande des propriétaires du Music-hall des Champs-Élysées, en manque de spectateurs. Le scandale ainsi créé artificiellement égala celui que les Ballets russes de Diaghilev avaient suscité dans la décennie précédente. Ici, il tient sans doute moins à la bestialité fantasmée des « Nègres » dans l’imaginaire des Français qu’à la liberté totale que connotent la nudité, les déhanchements, les grimaces, le sourire, la coiffure courte de Joséphine Baker. Elle incarne l’image de la femme émancipée capable de jouir d’elle-même, de décider de son corps – de s’abandonner à la fête des années folles. ​

  • Jeanne Villepreux-Power | Femmes Exceptionnell

    Jeanne Villepreux-Power - Une Pionnière de la biologie marine

  • Olympe de Gouges | Femmes Exceptionnell

    Olympe de Gouges Declaration of the rights of women and citizens Cliquer sur Déclaration.... 1748-1793 Marie Gouze, widow Aubry, known as Olympe de Gouges Listening , born May 7, 1748 in Montauban and died guillotined on November 3 , 1793 in Paris , is a French woman of letters who became a politician . She is considered one of the pioneers of French feminism. Author of the Declaration of the Rights of Women and Citizens , she left many writings in favor of the civil and political rights of women and the abolition of black slavery. It is often taken as an emblem by the movements for the liberation of women . Historical context Women and the Revolution ​ The political participation of women in events was asserted during the French Revolution. Sometimes in the street, sometimes in the stands of clubs, societies or assemblies, women occupied the field of militant action on several occasions, in particular from May 31 to June 2, 1793 and on 9 Thermidor Year II (July 27, 1794 ), insurrectionary days which respectively saw the fall of the Girondins and that of the Robespierrists. Often called pejoratively the " knitters », In reference to the manual occupation to which they continue to engage in public forums, while actively participating in political deliberations, these activists engage on all fronts : fight against poverty and hunger, against the Gironde at the Convention, etc. At the same time as these fights, a movement to defend women's rights is emerging, supported by a few personalities who, like Olympe de Gouges, Etta Palm d'Aelders or Théroigne de Méricourt, claim the freedom of women and the improvement of his condition in civil, social or economic terms. ​ Olympe de Gouges, a feminist activist ​ Born in 1748 in Montauban from a butcher father or, according to her words, from the noble Le Franc de Pompignan, Marie Gouze moved to Paris in 1766, after her widowhood, and, under the name of Olympe de Gouges, started in a literary career while sharing the life of Jacques Biétrix de Rozières, a senior naval official. Author of numerous novels and plays, she engages in political battles in favor of blacks and gender equality. Her most famous political writing is the Declaration of the Rights of Women and Citizens (September 1791), a true manifesto of feminism addressed to Marie-Antoinette. Taking as a model the Declaration of the Rights of Man and of the Citizen, she affirms that " woman is born and remains equal to man in rights »(Art. 1). Following Condorcet, who had written the previous year the treatise On the admission of women to the right of the city, she considers that women have natural rights in the same way as men and must be able to participate as citizens. in political life and by universal suffrage. Olympe de Gouges also demands freedom of opinion and sexual freedom for women : as such, she calls for the abolition of marriage and the establishment of divorce. On the political level, first attached to a moderate monarchy, then republican, she joined the Girondins and, convinced that women should play a role in political debates, proposed to the Convention to assist Malesherbes in his defense of King Louis XVI in December 1792, which she considers to be at fault as a king but not as a man. However, his request will be rejected on the grounds that a woman cannot take on such a task. It is this unfortunate episode that recalls the handwritten legend of the anonymous watercolor depicting Olympe de Gouges seated on a Louis XV style armchair, a book in her hand. Very fluid and transparent, this watercolor enhanced with graphite and the simply sketched landscape background announce the romanticism to come. In 1793, during the Terror, Olympe de Gouges attacked Robespierre and the Montagnards whom she accused of wanting to establish a dictatorship and to whom she blamed indiscriminate violence. After the Parisian insurrection of May 31, June 1 and 2 and the fall of the Gironde, she openly took sides in favor of it at the Convention. Arrested on July 20, 1793 for having drawn up a federalist placard with a Girondin character, Les Trois Urnes ou le Salut de la Patrie, she will be tried on November 2 and executed on the scaffold the next day. ​ The revolution : a step forward for women's rights ? ​ On the political level, revolutionaries refuse to recognize the right of women to participate in political life. After leaving them for a while to form clubs and mingle with popular movements, in the fall of 1793, all political activity for women was officially put to an end, with the prohibition of women's clubs and the refusal of citizenship for women. This change in opinion hardened in 1795, during the prairial insurrection (20-24 May) : the Convention first forbids them access to its stands, then to attend political assemblies and to gather in the street, while many of them are hunted down during the night of 1 to 2 Prairial and judged by a military commission. If women were thus excluded from the affairs of the city, the revolutionaries nevertheless took some measures to improve their civil and social status, and remove them from male oppression. : equality of inheritance rights between men and women was admitted on April 8, 1791, divorce, claimed by Olympe de Gouges, established on August 30, 1792, and civil recognition granted to women on September 20, 1792, during the laws on civil status. But such advances were short-lived, because the Napoleonic Civil Code, promulgated on March 21, 1804, soon restored the full powers of the head of the family. Only divorce momentarily escapes this backtracking : it will not be removed until 1816. ​ Commemorative plaque, 4 rue du Buis, Paris 16th. “In this house lived Olympe de Gouges, feminist writer, 1748-1793. " « Dans cette maison habita Olympe de Gouges, écrivain féministe, 1748-1793. » POSTAMBULE DE LA DÉCLARATION DES DROITS DE LA FEMME ET DE LA CITOYENNE (1791) ​ « Femme, réveille-toi ; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l'Univers, reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n'est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition, de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l'usurpation. L'homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. O femmes ! Femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles ? Quels sont les avantages que vous avez recueillis dans la Révolution ? Un mépris plus marqué, un dédain plus signalé. Dans les siècles de corruption, vous n'avez régné que sur la faiblesse des hommes. Votre empire est détruit ; que vous reste-t-il donc ? La conviction des injustices de l'homme. La réclamation de votre patrimoine, fondée sur les sages décrets de la nature. Qu'auriez-vous à redouter pour une si belle entreprise ? Le bon mot du législateur des noces de Cana ? Craignez-vous que nos législateurs français, correcteurs de cette morale, longtemps accrochée aux branches de la politique, mais qui n'est plus de saison, ne vous répètent : femmes, qu'y a-t-il de commun entre vous et nous ? Tout, auriez-vous à répondre. [...] Quelles que soient les barrières que l'on vous oppose, il est en votre pouvoir de vous en affranchir ; vous n'avez qu'à le vouloir.» Son buste surmontant la déclaration des droits de la femme, salle des quatre colonnes du palais Bourbon . Olympe de Gouges à l’échafaud. Dénoncée par son imprimeur, Olympe de Gouges fut arrêtée et incarcérée. Le 2 novembre, elle est condamnée à mort par le Tribunal révolutionnaire, et fut guillotinée le lendemain. C’est la deuxième personnalité féminine, après Marie-Antoinette, à connaitre la justice de la guillotine révolutionnaire . Elle fut, comme le couple royal, enterrée dans l’ancien cimetière de la Madeleine, où se trouve aujourd’hui la chapelle expiatoire . Guillotine au Champ de Mars Chapelle expiatoire Un monument mémoriel. ​ La Chapelle expiatoire s’élève à l'emplacement où furent inhumés Louis XVI et Marie-Antoinette en 1793, après avoir été guillotinés sur la place de la Révolution (actuelle place de la Concorde). Sa construction est décidée en 1815 par Louis XVIII, frère de Louis XVI. Elle est achevée en 1826 Pressentie pour entrer au Panthéon, elle fut la première des féministes et le paya de sa vie. Guillotinée en 1793 sous la Terreur, Olympe de Gouges avait commis le crime de rédiger une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Ses combats contre toutes les injustices annonçaient ceux de notre siècle. Un siècle et demi avant l'écriture du Deuxième Sexe par Simone de Beauvoir, une femme, Olympe de Gouges, avait voulu trancher l'hydre de la misogynie, ce frein entravant l'évolution des sociétés. Malheureusement, c'est sa tête à elle qui roula sur l'échafaud de la Terreur en 1793. Victime de son sexe, victime de ses idées trop humanistes, trop révolutionnaires pour la Révolution elle-même, victime aussi de son origine de classe. Son corps, lui, se retrouva à la fosse commune : son fils, Pierre Aubry, l'ayant reniée pour sauver sa propre tête du « rasoir national ». Destin transgressif Comme l'histoire est assez ingrate avec certains de ses « grands hommes », la pionnière Olympe de Gouges a dû subir une injustice supplémentaire : celle qui osa écrire, en 1791, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, acte fondateur d'un féminisme qui ignorait encore son nom, fut reléguée aux oubliettes par... les féministes. Quand elle ne fut pas considérée, au mieux, comme une courtisane par l'écrivain Restif de la Bretonne, qui la classa dans sa liste des prostituées de Paris, elle passa, au pis, pour une malade mentale, une « folle » selon l'historien Jules Michelet, une hystérique atteinte de paranoïa reformatoria (folie réformatrice) pour le Dr Guillois, docteur du service de santé des armées, auteur, en 1904, d'une étude consacrée aux femmes de la Révolution. Jusqu'à ce que l'historien Olivier Blanc, en 1981, vienne l'extirper de cet injuste oubli avec une biographie fouillée et fort documentée, Marie-Olympe de Gouges, une humaniste à la fin du XVIIIe siècle. Et qu'Anne Hidalgo, la première adjointe au maire de Paris et candidate à la succession de Bertrand Delanoë en 2014, propose de la faire entrer au Panthéon. La patrie est toutefois aussi sexiste que lors de la conversion du monument d'église en caveau de la République, à l'occasion de la mort de Mirabeau, en 1791. En 2013, sur 71 personnalités à reposer sous la coupole, seules deux femmes y sont enterrées : Sophie Berthelot et Marie Curie. Et encore, pour de mauvaises raisons : afin d'accompagner leurs maris dans l'éden démocrate. Comme si Sophie sans Marcellin ou Marie sans Pierre n'auraient jamais pu découvrir ni certains principes chimiques, ni la radioactivité... Las. Mais, avec Olympe de Gouges, c'est une tout autre histoire. Elle a eu, comme la philosophe et astronome Hypathie dans l'Alexandrie du IVe siècle, le tort d'être une personnalité hors normes, d'avoir une tête trop bien faite pour son temps, d'être en avance de quelques siècles. Pourtant, rien ne la prédestinait à penser et à vivre autrement que les femmes de son milieu. Cette petite provinciale de Montauban, née en 1748 des amours illégitimes d'un marquis, Jean-Jacques Lefranc de Pompignan, épicurien, ami des lettres et auteur d'une Didon qui en fit à jamais l'ennemi personnel de Voltaire, et d'une fille du peuple, Anne-Olympe Mouisset, aurait dû avoir la vie toute tracée - par l'Eglise - des femmes de la petite bourgeoisie de l'Ancien Régime. A savoir, comme l'a résumé Elisabeth Badinter dans l'Amour en plus, demeurer « une créature essentiellement relative. [La femme] est ce que l'homme n'est pas pour former avec lui, et sous son commandement, le tout de l'humanité ». Très peu pour Marie Gouze, qui, mariée à l'officier de bouche Pierre Aubry, contre son gré, à 17 ans, aussitôt mère, puis veuve à l'âge de 18 ans, décide d'être sa propre création. Les premiers actes d'indépendance de cette Occitane autodidacte, qui maîtrise mal le français, comme 90 % de la population d'alors : se forger un nom, écrire et ne plus se marier, car, comme elle l'écrira plus tard : « Le mariage est le tombeau de la confiance et de l'amour. » Elle lui préférera un contrat social de l'homme et de la femme, préfigurant, avec plus de deux cents ans d'avance, le Pacs. Désormais, Marie Gouze ne sera pas la veuve Aubry mais Olympe de Gouges. Et cette Olympe-là est décidée à prendre sa revanche sur la vie, à rayonner dans les lettres et dans les idées. Aujourd'hui encore, l'aura de ses Ecrits politiques est plus importante en Allemagne, aux Etats-Unis et au Japon qu'en France. Tout juste si l'on compte quelques lycées et places portant son nom. Pourtant... Son destin transgressif est autant révélateur des blocages de son époque que du statut des femmes de son temps : considérées comme abritant aussi peu d'âme que les animaux, les frondeuses, ces politiquement incorrectes pleines d'espoir en la Révolution, finirent décapitées, comme Mme Roland, ou à l'asile, comme Théroigne de Méricourt, après avoir été fessée en place publique par une horde de sans-culottes. Car le paradoxe majeur de la Révolution française, fondée sur l'universalité du droit naturel, est qu'elle écarta des droits politiques et civiques la moitié de la société. Pour autant, les combats d'Olympe de Gouges au XVIIIe siècle ne font qu'anticiper tous ceux qui ont agité le XXe et continué d'enflammer ce début de XXIe : lutte contre la tyrannie et pour la justice sociale, combat contre la peine de mort, égalité hommes-femmes... Les activistes des Femen, emprisonnées en Tunisie en raison de leur soutien à la féministe Amina Sboui, ne disent pas autre chose. A leur manière, elles revendiquent, deux cent vingt ans plus tard, le mot d'ordre d'Olympe : « Quelles que soient les barrières que l'on vous oppose, il est en votre pouvoir de vous en affranchir ; vous n'avez qu'à le vouloir. » Et Olympe, éclairée par l'esprit des Lumières, savait de quoi elle parlait. Militantisme humaniste A son arrivée à Paris, elle rêve de théâtre. Introduite auprès des Comédiens du Français par la marquise de Montesson, épouse morganatique du duc d'Orléans, elle fonde une troupe. La première des 30 pièces qu'elle a écrites, Zamore et Mirza ou l'heureux naufrage, en 1785, traite d'un thème tabou, l'esclavage des Noirs. En critiquant le Code noir alors en vigueur, en osant aborder de manière frontale les problèmes du colonialisme et du racisme, la polémiste s'attire les foudres de la maréchaussée - la bataille d'idées vire au pugilat - et du maire de Paris, qui a tôt fait d'interdire la représentation. Olympe évite, pour la première mais pas la dernière fois, l'embastillement. Acte fondateur d'un militantisme humaniste et de l'urgence de l'instauration d'une égalité pour tous, Zamore et Mirza signe l'engagement qui sera celui de sa vie pour la reconnaissance des droits de tous les laissés-pour compte de la société (Noirs, femmes, enfants illégitimes, démunis, malades...). Olympe et son théâtre engagé dérangent. Mais ce sont ses brochures politiques et, plus tard, ses affiches, imprimées à son compte et placardées dans tout Paris, qui signeront son arrêt de mort. Les femmes avaient joué un rôle décisif dans le processus révolutionnaire ; la République établie, c'est tout naturellement qu'elles devaient s'abstenir de « politiquer » pour rejoindre leur foyer afin de réconforter ses combattants. Ainsi, le 30 octobre 1793, la Convention déchoit les Françaises de leur statut de citoyennes, accordé par la Législative. Deux ans auparavant, dans l'article I de sa Déclaration des droits de la femme, dédiée à la reine Marie-Antoinette, Olympe de Gouges osait écrire : « La femme naît libre et demeure égale à l'homme en droits. » En vain. Il leur faudra désormais attendre 1945 pour obtenir enfin le droit de vote ainsi que celui de « monter à la tribune », après avoir eu celui de « monter à l'échafaud ». Mais, en 1788, Olympe croit encore qu'elle peut exercer sa citoyenneté au féminin. Dans le Journal général de la France, elle publie sa « Lettre au peuple », un projet de caisse patriotique par une citoyenne, le premier de ses pamphlets politiques où, s'adressant au roi Louis XVI, elle propose l'instauration d'un impôt volontaire pour endiguer la pauvreté. Une première : « L'homme de la halle, ainsi que la femme de charge, éprouveraient une satisfaction sans égale de voir leur nom à côté de celui d'un prince de sang », conclut-elle, anticipant de cent-vingt six ans la création, en 1914, de l'impôt sur le revenu. Olympe va même plus loin. Toujours dans le Journal général de la France, comprenant l'importance de la presse dans l'opinion publique, elle fait part, en décembre 1788, de ses « Remarques patriotiques », un programme de réformes sociales qui imagine une assistance sociale, des centres de soins et d'accueil pour les veuves, les vieillards et les orphelins, des ateliers d'Etat pour les ouvriers sans travail et un impôt, sorte d'ISF avant l'heure, sur les signes extérieurs de richesse (nombre de domestiques, de propriétés, d'œuvres d'art...). S'ensuivront des dizaines de brochures et d'affiches où elle milite, entre autres, pour le droit au divorce, la recherche de paternité, la création de maternités, la féminisation des noms de métier, le système de protection maternelle et infantile... Des « élucubrations » qui ne seront mises en place qu'au... XXe siècle, et qu'on attendait si peu de la part d'une femme de son milieu. Même Mirabeau en convient : « Nous devons à une ignorante de bien grandes découvertes. » Oeuvre de salut public Son modernisme extravagant va de pair avec une folle lucidité et une dévastatrice ironie, que ne renient ni notre temps ni les mordantes Sophia Aram d'aujourd'hui. Ainsi déclarait-elle, dans sa « Lettre aux représentants de la nation », en 1789 : « Les uns veulent que je sois aristocrate ; les aristocrates, que je sois démocrate. Je me trouve réduite, comme ce pauvre agonisant à qui un prêtre demandait, à son dernier soupir : "Etes-vous moliniste ou janséniste ?" "Hélas, répond le pauvre moribond, je suis ébéniste." Comme lui, je ne connais aucun parti. Le seul qui m'intéresse vivement est celui de ma patrie, celui de la France... » Ou déclarait-elle à une troupe armée venue prendre sa tête pour 24 sous, après qu'elle se soit proposée, au nom de son combat pour l'abolition de la peine de mort, comme avocate du citoyen Louis Capet : « Mon ami, je mets la pièce de 30 sous et je vous demande la préférence. » Louis XVI perdit sa tête le 21 janvier 1793. Sauvée par son humour, elle garda la sienne. Pour quelques mois seulement. Car, à la suite du collage dans Paris d'une affiche signée Polyme, l'anagramme d'Olympe, conspuant Robespierre, l'artisan de la Terreur, en des termes inadmissibles pour l'« ami du peuple » - « Tu te dis l'unique auteur de la Révolution, Robespierre ! Tu n'en fus, tu n'en es, tu n'en seras éternellement que l'opprobre et l'exécration... Chacun de tes cheveux porte un crime... Que veux-tu ? Que prétends-tu ? De qui veux-tu te venger ? De quel sang as-tu soif encore ? De celui du peuple ? » -, Olympe de Gouges, « royaliste constitutionnelle », récidive. Elle fait imprimer, le 20 juillet 1793, une affiche bordée de rouge intitulée « Les trois urnes ou le salut de la patrie », où elle ne demande rien de moins que le droit au référendum des Français sur leur futur gouvernement. A charge pour les citoyens de préférer la monarchie, le fédéralisme ou la République. Accusée de remettre en cause le principe républicain, la Girondine est inculpée par le Tribunal révolutionnaire le 2 novembre. L'accusateur Fouquier-Tinville plaide « l'attentat à la souveraineté du peuple ». La cause sera vite entendue. Marie-Olympe de Gouges, veuve Aubry, 45 ans, est condamnée à la peine de mort. La sentence sera exécutée vingt-quatre heures plus tard. La semaine suivante, un commentaire paru dans le Moniteur universel, journal de propagande montagnarde, montre l'étendue de son crime : « Elle voulut être homme d'Etat. Il semble que la loi ait puni cette conspiratrice d'avoir oublié les vertus qui conviennent à son sexe. » Ce 3 novembre 1793, vers 17 heures, en montant à l'échafaud, place de la Révolution, l'actuelle place de la Concorde à Paris, Olympe de Gouges s'écrie : « Enfants de la patrie, vous vengerez ma mort ! » A quelques mois de la célébration du 65e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, osera-t-on enfin rendre justice à cette ennemie de toutes les exclusions, à son œuvre de salut public ? Allez, messieurs les Elus républicains, de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace... TROIS DATES ​ 7 mai 1748 ​ Naissance de Marie Gouze, à Montauban. Elle est la fille adultérine d'Anne-Olympe Mouisset et de l'homme de lettres Jean-Jacques Lefranc de Pompignan. Son père «officiel», Pierre Gouze, un boucher, n'a pas signé l'acte de baptême, ce qui accrédite la thèse du député Jean-Baptiste Poncet-Delpech selon laquelle «tout Montauban» savait que le père naturel de la future Olympe de Gouges était l'auteur de la pièce de théâtre Didon. ​ Septembre 1791 ​ La publication de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, où Olympe de Gouges prône l'émancipation féminine via l'égalité des sexes, est un véritable brûlot. Révolution au cœur même de la Révolution, ce texte, dédié à la reine Marie-Antoinette, la «première des femmes», engage la République à considérer la femme comme une citoyenne à part entière. ​ 3 novembre 1793 ​ Arrêtée en juillet 1793 pour avoir violemment interpellé Robespierre dans un texte intitulé «Les trois urnes», Olympe de Gouges est condamnée à mort. Celle qui avait affirmé que, si une «femme a le droit de monter sur l'échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune», subira le «rasoir national» avec une dignité qui impressionnera la foule massée sur l'actuelle place de la Concorde. Olympe de Gouges remettant sa «Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne» à Marie-Antoinette. Estampe éditée en 1790. (Claude-Louis Desrais (illustrateur) et Frussotte (graveur), 1790./Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie/ Gallica) Portrait d'Olympe de Gouges (1748-1793) au Musée Carnavalet à Paris.• Crédits : Photo by Leemage/Corbis via Getty Images - Getty En 2013, le président de la République François Hollande annonçait son intention de faire entrer de nouvelles personnalités au Panthéon. Interrogé sur le sujet cette année-là le 8 mars, à l’occasion de la Journée de la femme, il avait déclaré qu’il était temps "d’accueillir des femmes au Panthéon". L'institution ne comptait alors que deux femmes : Marie Curie, inhumée pour sa carrière scientifique avec son mari Pierre ; et Sophie Berthelot, qui y repose en tant qu’épouse du scientifique Marcellin Berthelot, qu’elle assista dans ses recherches. Nombreuses furent les voix qui, cette année-là, plaidèrent pour l’entrée au Panthéon de Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née en 1748, morte guillotinée en 1793. Occasion saisie par Emmanuel Laurentin pour consacrer une semaine de "La Fabrique de l’Histoire" à cette personnalité, qui fut l’auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, en septembre 1791. Olympe de Gouges La femme a le droit de monter à l’échafaud,(1) 00:00 / 55:00 Olympe de Gouges : "La femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune" Olympe de Gouges, des droits de la femme à la guillotine Play Video Facebook Twitter Pinterest Tumblr Copy Link Link Copied La révolution au féminin 1 et 2 La révolution au féminin 3 et 4

  • Femmes dans la préhistoire | Femmes Exceptionnell

    Femmes préhistoriques, le silex fort Longtemps, les femmes préhistoriques étaient représentées telles les femmes au foyer de notre époque contemporaine, vaquant à leurs occupations domestiques tandis que l’homme chassait. Les rôles étaient-ils aussi genrés ? Quelle place avaient les femmes dans les sociétés préhistoriques ? Les femmes seraient-elles le silex fort de la préhistoire ? En 1885, le docteur Henri Thulié, fait paraître un essai de sociologie physiologique : "La femme : ce qu'elle a été, ce qu'elle est, les théories, ce qu'elle doit être". Il consacre une partie de son ouvrage à la Préhistoire : "C'est donc à l'aide des analogies entre les armes, les outils, la manière de s'alimenter, les sépultures, les ossements, etc., des hommes primitifs et ceux des sauvages actuels que l'on peut reconstituer les mœurs de l'homme préhistorique et déterminer le rang qu'occupait la femme dans les sociétés des premiers âges". Ainsi, pour l’auteur, c’est à travers l’homme que l’on connaît la femme. Qu’en conclure ? "L'homme fossile donc n'avait pas de femme, mais des esclaves femelles, qui, en même temps qu'elles faisaient au hasard des hommes pour la tribu, servaient le mâle dans ses plus durs travaux, et étaient chargées du labeur le plus pénible". Henri Thulié est l’un des rares, au XIXe siècle, à réfléchir à la place des femmes dans les sociétés préhistoriques ? Il a un jugement très sévère : "Ce sont les analogies les plus serrées qui conduisent à conclure que la femme préhistorique n'était qu'une bête de somme". Depuis, les recherches sur l’histoire du genre ont considérablement avancé : dès lors, comment considérer les considérations du docteur Thulié ? Non, les femmes préhistoriques ne balayaient pas la grotte Femmes préhistoriques, le silex fort ! (reduit) 00:00 / 51:38 "Contrairement à ce qu’on pensait pendant très longtemps, les femmes préhistoriques faisaient plein d’activités. Elles participaient à la chasse, elles tuaient les animaux, elles travaillaient les peaux, taillaient les outils... Même pourquoi pas envisager que c’est elles qui ont peint les grands aurochs de Lascaux ? Parce qu’actuellement, rien ne prouve qu’elles ne pouvaient pas le faire. Il n’y a aucune preuve archéologique, bien au contraire." Marylène Patou-Mathis, préhistorienne au CNRS, est en colère, et publie cet automne L'homme préhistorique est aussi une femme (Allary éditions, octobre 2020). La spécialiste de Neandertal y déconstruit notre imaginaire collectif selon lequel les femmes préhistoriques sont des cueilleuses soumises et passives qui attendent dans la grotte le retour du héros chasseur. ​ Des clichés qui informent moins sur la préhistoire que sur le regard porté sur elle ​ Ces clichés tenaces sur les femmes préhistoriques nous viennent des premiers archéologues européens, au XIXe siècle : "Les premiers préhistoriens anthropologues étaient tous des hommes. Donc ils ont calqué sur le mode de vie des préhistoriques, leur système de pensée, leur société à eux. Et donc ils ont fait des femmes préhistoriques qui étaient dans la grotte avec des enfants, et qui attendaient le retour du chasseur. Et bien entendu, l’homme c’est toujours le héros, et c’est lui qui va à la chasse au mammouth, et c’est lui qui taille les silex, c’est lui qui peint Lascaux…" ​ ​ Une représentation moderne de la création des peintures de Lascaux• Crédits : Getty Mais depuis les années 1980, la féminisation du métier d’archéologue, et les nouvelles technologies ont permis d’ébranler ces stéréotypes. On réalise que les femmes préhistoriques chassaient, avaient des positions sociales élevées, taillaient les outils, peignaient… Grâce aux vérifications ADN du sexe des squelettes préhistoriques, on prouve que des hommes défunts aux corps musclés, puissants et honorés par du mobilier funéraire... étaient en fait des femmes. Marylène Patou-Mathis : "_Elles sont tellement robustes, certaines femmes d’Europe centrales,_ n_éolithiques, qu’elles sont aussi_ costauds que les lanceurs de poids et de javelot actuellement." Les signes de sociétés possiblement égalitaires ​ Dès le Paléolithique, on observe déjà des petits groupes humains nomades dans lesquels les tâches semblent partagées. Des dentitions masculines présentant des traces de pré-mâchage de la viande peuvent indiquer que les hommes participaient à la préparation des repas, et divers signes attestent de sociétés plutôt matrilinéaires. Marylène Patou-Mathis : "Dans l’art mobilier, c’est-à-dire les petites statuettes, c’est essentiellement des femmes. On est dans un monde féminin. Et ça, ça dure jusqu’au Néolithique aussi, les statuettes. Probablement, la seule chose qu’ils voyaient à cette époque, au Paléolithique, c’était que le bébé, il sort du ventre de la mère. On ne savait peut-être même pas l’importance des hommes dans la procréation. Par exemple on a des sexes féminins partout, mais très peu de sexes masculins représentés." La Dame à la capuche• Crédits : Getty Dans l’art préhistorique, non seulement une majorité des représentations humaines sont féminines, mais les femmes étaient peut-être aussi les autrices de ces images, jusqu’au fond des grottes. Marylène Patou-Mathis : "_On savait déjà qu’il y avait des mains différentes. Mais quand elles étaient plus petites, on disait : “C’est des mains d’adolescents. Masculins, bien sûr.” Ah bon ? Pourquoi ? On ne sait pas non plus. Donc là on a maintenant des analyses, on a découvert des grottes, qui montrent qu’il y a des mains de femmes. Parce qu’il y a de petites différences. Ce n’est pas seulement la taille, parce que la taille, ça ne veut pas toujours dire grand chose, mais c’est aussi une différence au niveau du majeur qui n’est pas positionné exactement pareil, etc. Et là, on a découvert qu’il y avait des mains féminines. Il y avait des endroits où il y avait même plus de mains féminines que de mains masculines._ Mais si elles sont là, elles ne sont peut-être pas là que pour tenir la lampe à graisse. Vous voyez, à chaque fois, on s’arrête en chemin. Maintenant on admet que les femmes allaient dans les grottes, mais on n’arrive pas encore à admettre que c’est elles qui tenaient le pinceau en poil de blaireau. Et pourquoi ? Rien ne prouve que ces femmes qui se sont aventurées là n’ont pas peint. Moi je ne dis pas : 'Les femmes ont tout fait', je dis simplement 'attention : si on ne cherche pas, on ne voit pas.'" ​ Le berceau de l'humanité en question ​ Cette remise en cause archéologique questionne au fond l’idée d’une distinction intemporelle, voire naturelle des activités féminines et masculines dans ce berceau de l’humanité. Marylène Patou-Mathis : "Une espèce de fatum, de fatalité. 'Ah bah on ne peut rien faire, tu comprends, ça a toujours été comme ça'. Pas vrai. Les femmes et les hommes ne sont pas programmés pour faire telle ou telle activité. Ils sont programmés pour faire plein de différentes activités." Préhistoire au féminin(reduit) 00:00 / 58:52 Que savons-nous des femmes de la Préhistoire (reduit) 00:00 / 59:24

  • Femmes Exceptionnelles

    Accueil: Bienvenue Margaret Bourke White (Photographer) Exceptional Forgotten Women Ornamental Gargoyle, ChryslerBuilding ChryslerBuilding Steel Eagle Model Information on Outstanding Forgotten Women Revive the memory and inform about the journey of all these exceptional women who accomplished a lot. Hélène Boucher (Aviator) and her Caudron model rafale

  • Life and work | Femmes Exceptionnell

    Annemarie Schwarzenbach, the inconsolable angel In 2004, in the introduction to the biography she devoted to Annemarie Schwarzenbach, Dominique Laure Miermont underlined the mystery emanating from the photographic portraits of the young woman born in 1908 in Zurich and died in 1942, at the age of 34. After meeting her briefly in June 1933, the poet and writer Catherine Pozzi wrote about her in this way. : "What grace in this serious face. But she has a worried look, as if solicited by invisible sorrows. (...) We have a curious feeling of instability with her. She gives you the evil of Europe" . In 2018 for the show "Une vie une oeuvre", Vinciane Moeschler and Ghislaine David recounted the journey of this woman whom Thomas Mann, the father of his two great friends Erika and Klaus Mann, had nicknamed " the devastated angel ". Journalist, photographer, writer, from a family of wealthy industrialists in Zurich with whom she broke radically, Annemarie Schwarzenbach fled this environment to travel, photograph and tell the world, from Russia to Persia, from the United States to the Middle East. A journey marked by friendly and amorous passions, morphine addiction, and the relentless fight against Nazism. "Minimal is the border between the inhuman and the superhuman, and what is superhuman is the desperate greatness of Asia" "Beautiful face of an inconsolable angel" wrote Roger Martin du Gard. But it is also something quite different when we talk about Annemarie Schwarzenbach, namely a painful destiny, a vocation to love which was exalted in suffering, dreams and travels. How then not to be overwhelmed by this life, by this quest which failed at the very threshold of the place of his second birth! "Every evening, I take my leave ... and in the morning I am close to the unknown. Past, no more adventures, but I still have a thousand realities to undergo. I leap forward and throw myself against them; I love, and I don't forget anything. Behind me, cedars, olive groves, songs, columns, sails, tents. And those horse-hoof prints left by the peoples on the march. distant! Ah! the distant! Like a cowardly horse, my impatience risks a deviation to the right, to the left, and always rushes forward. How much sleepless nights cost me before reaching them! ... The roads go away, veiled like milky ways. The cold, the hunger, the thirst ... I got what I wanted, and no place to lay my head. And not a helping hand! " "All the paths that I have followed, all the paths from which I have turned away, have ended here, in this" Happy Valley "from which there is no way out, and which, for this reason, must to be already like a place of death "(July 1935). Annemarie Schwarzenbach and the Orient : interview with Dominique Laure Miermont and Nicole Le Bris ​ Life and Personality ​ DLM : Annemarie Schwarzenbach (AS) was born in Zurich in 1908, in a family of the Swiss upper middle class. A brilliant student, she passed the exam of " maturity "In 1927, studied history and obtained the title of" Dr.phil. ”(Equivalent of the current magister) in 1931. Devoting herself to writing from then on, she moved to Berlin for a while (1931-33). In the wake of Klaus and Erika Mann, with whom she befriended from 1930, she took a stand against National Socialism and initiated the anti-fascist review Die Sammlung (“The Rally”). In addition, in 1930 she began a career as a journalist and, from 1933, became a reporter-photographer, which led her to various European countries, the Near and Middle East, North America and Africa (Congo, Morocco). Much appreciated by editorial staff, in ten years she published nearly 300 articles in the Swiss press. The funds bearing his name in the Bern archives number approximately 5 000 negatives and original prints. On a personal level, AS was a tormented being, in the grip of an illness that she tried to curb by the consumption of various drugs (alcohol, tobacco, morphine products) which her body could not resist for more than ten years. She died in 1942, at the age of 34, following a fall from a bicycle, most likely caused by an advanced state of physical and mental decay. AS has taken a look at the world imbued with humanity and humanism. She had a keen awareness of the tragedy of the human condition, an intimate knowledge of the ambiguity of things in this world, an infallible perception of the pernicious mechanisms of ideologies. Her ideals of peace, individual freedom and justice made her very close to the underprivileged and the neglected of all countries. She was gifted with an empathy for her " human brothers Which is expressed through writing and photography. She was also a woman animated by an authentic subversive courage, at the antipodes of its weaknesses. In addition to seven books published during his lifetime, AS wrote many other works, a part of which has been published since his “ Renaissance »In 1987. His work is considerable and protean : novels, tourist guides, news, travel journals, letters, biography, play, poems, as well as many unclassifiable texts. ​ Archeology ​ DLM : We can assume that, because of her history studies, she was in contact with archaeologists. What is certain is that in June / July 1933 he was offered to join a group whose project was to leave for six months to visit a dozen excavation fields located between Turkey and Persia. ​ NLB : Archeology appears as a complement and an extension of her training as a historian. But reading his letters, what determines his departure is a set of reasons, the first of which are psychological and moral. She is in search of moral health. His relationship with his family is difficult - and this more and more, as radically opposed positions take hold, pro-Hitler in her family, resolutely anti-Nazi in her. At 25, she must shake off her dependence on her family, prove to her that she is not " unable " and " dilettante ". She will profit, she thinks, from a job " concrete " and " objective 1 »(As opposed, no doubt, to the literary works to which her predilection has hitherto gone, works which kept her in too exclusive contact with her subjectivity). It will also be beneficial for her to move away from her friends - Erika and Klaus Mann in particular - to which she feels linked by an excessive emotional dependence. Other reasons have played a powerful role, which are intellectual and ultimately political. Annemarie has been attentive to how, since the 1920s, the ancient roots of Western civilization have been used extensively for ideological purposes. She read (in 1930) the work of Maurasian Henri Massis, Defense of the West (1927) 2 , or Le Déclin de l'Occident by Oswald Spengler (1922) 3 . Now that Nazism was on the rise, in 1933-34 she felt the need to escape, the better to fight it, from its paralyzing grip 4 . The forms of engagement that are proposed in Europe do not satisfy her. The one she chooses is double : found with Klaus Mann the anti-fascist review that we said and, paradoxically, go to the East to do archaeological excavations : she will be able, as she wrote to Klaus Mann 5 , by measuring skulls, " prove the absurdity of those idiots of German racists », That is to say the absurdity of the theories on the superiority of the Aryan race ... ​ Archeology training ​ DLM : Before leaving, she read a number of specialist books. And already in 1932, planning a trip to Persia, which was aborted at the last moment, she had studied the Asian collections of the museums in Berlin. During this six-month stay - between October 1933 and April 1934 -, it is on the Syrian construction site of Reyhanli (halfway between Antakya and Aleppo), directed by the American mission of the University of Chicago, that she is initiated during more than a month in the basics of archeology. Then she visits many sites on the soil of ancient Mesopotamia. : Ctesiphon, Tello, Uruk, Qal'at Sukkar. In Babylon, Ur and Khafadjé, it is respectively the famous professors Jordan, Woolley and Frankfort who welcome it. In Iran, after Susa, AS visited the Rayy (former Rhagès) site, near Tehran. Professor Erich Schmidt, who is its director on behalf of the University Museum in Philadelphia and the Museum of Fine Arts in Boston, then suggests that he return in October of that same year 1934 to participate in the excavations - which she immediately accepts. Finally, this journey ends at the site of Persepolis where she meets Friedrich Krefter, the famous archaeologist whose extraordinarily precise sketches and plans of the former Achaemenid capital made it possible in 2006 to reconstruct the site in three dimensions. And it is he himself who photographs AS on the excavation field. ​ NLB : His experience as an archaeologist is found through allusions in the short stories of Orient Exils, but it is mainly reflected in two of his works : his travel story Winter in the Middle East (published in 1934), and the novel La Vallée Heureuse (started in October 1938 and published in 1940), whose hero is precisely an archaeologist. This last text allows us to imagine the way in which she lived her excavation campaigns. An indication catches the eye : the character evokes the few books he has chosen to take with him : " A large volume, Cambridge Ancient History ; a little book with a red cover, Pottery of the Near East, published by the British Museum ; Diotima's letters to Hölderlin, The Resurrection of the Dead Cities by Marcel Brion and an English novel that I have not read 6 . The two volumes of Brion's book were published between December 1937 and May 1938, and therefore could not serve as a mentor to the apprentice archaeologist that AS was, but she must have encountered there afterwards a vision of the past. and the archaeological discovery that corresponded to his. And in fact it is easy to see in Brion's work what echoed his way of feeling : some epic and lyrical evocations of the great disasters that befall humanity ; the emotion in front of a science which makes alive, current and present the tragedy of the past ; and which gives the feeling of a unity of the human adventure, by re-establishing the link between the man of today and the man of the most remote times ; or again this vision of the march of history as a perpetual movement, a journey of civilizations, producer of infinitely fruitful encounters - Marcel Brion and Annemarie Schwarzenbach were both great travelers. In total, AS has undeniably invested a lot in his experience as an archaeologist (figure 2). She prepared for it at length in Berlin, she learned Arabic and Persian. His letters or his stories reveal the passion that a new hypothesis can inspire in him on a site. ; the emotion she feels in being in the very places where writing was invented, in rediscovering the space of origins, in " descend to the deepest spring 7 " ; and the intensity of its encounter with certain monuments, which engages the very idea it has of humanity. ​ Having said that, she was only an archaeologist for a short time, and always, she reproaches herself, too much " dilettante ". The main thing has always been for her to write ; she continued, moreover, during the excavations of 1933, to write reports and to work on her travel journal. And she says through the voice of the hero of La Vallée Heureuse the impossibility for her to have a permanent job, to develop roots, and the invincible need to always start again. ​ Archeology and taste for travel ​ DLM : We have seen why AS made its first two stays in the Middle East. There was then, in 1935, a third stay in Persia, motivated by his marriage with the French diplomat Claude Achille Clarac, second secretary to the legation of France in Tehran. Finally, between June and August 1939, AS made by car, and in the company of Ella Maillart 9 , the Geneva-Kabul trip. After a year spent in repeated detoxification treatments, what motivates this trip is above all the pressing need to find an activity that takes her away from herself. Thanks to Ella Maillart who knows Joseph and Ria Hackin 10 well , she has the opportunity to work for Dafa (French Archaeological Delegation in Afghanistan). This is how she will visit the excavations of Bagram and will work for some time on the site of Konduz (Afghan Turkestan) (figure 3). Between 1936 and 1938, AS also made two trips to the USA to investigate Great Depression America, first in the Pittsburgh mining region (West Virginia and Pennsylvania), then in the southern states (Tennessee, Alabama). , Georgia, Caroline, Ohio). A fierce follower of Roosevelt's New Deal, she has produced numerous reports in which she expresses her solidarity with the nascent trade union movement and is indignant at the inhuman living conditions to which sharecroppers and workers in spinning mills are reduced. His last great trip was to the Congo in 1941-42. She left there in order to join the Free French Forces and to work as a war correspondent. This project failed, because her friendship with Klaus and Erika Mann, fighting against Hitler, and her quality as the wife of a diplomat still attached to the Vichy government 11 , made her suspect in the eyes of the local authorities. But she spent ten months there exploring several regions, and especially writing. 12 The Happy Valley, p. 74. NLB : As we can see, at the origin of these trips appears, almost every time, a professional reason, or a desire for commitment. But beyond these circumstantial reasons, and undoubtedly in a much more decisive way, there is the need to leave within itself, the fascination for the distant. This is what texts such as La Vallée Heureuse and Les Quarante Colonnes du Souvenir (The Forty Columns of Memory) say abundantly. That said, AS is not exactly the " travel writer »That we often see in her, undoubtedly by comparison with Ella Maillart, or with Nicolas Bouvier who took the same routes, or simply because we stop at his work as a reporter. She does not have the taste for adventure for herself, nor the sporting taste for the feat or the ordeal to overcome. She has little ethnographic curiosity, and declares it clearly through the voice of the hero of La Vallée Heureuse. : " I do not travel to discover new virtues and other manners 12 . »The various ways of living of men interest him less than their community of destiny. And his purpose is not to write to tell the story of a journey or the astonishment it brings. ​ If she writes, it is as a last resort above all to share with her readers a deeper and more mysterious experience of a spiritual nature. I say mysterious because she herself often declares that she does not understand exactly what she calls " the curse of flight " ; as if traveling meant giving in to an obscure temptation. A blameworthy temptation too : like other writers and artists of this time, she often returns to the parable of the Prodigal Son, with which she must identify somewhat, with the dose of guilt that this entails. It is only little by little, over time, that she becomes convinced of the validity of her vocation as a traveler. It then appears to her that throughout her travels, it is a vision of the human condition that she attempts, that she has a mission, to acquire and to express. And the journey itself, as she experiences it, represents the tragedy of this condition, because it appears in the last analysis as the quest, always disappointed and never renounced, for a lost plenitude. : Where is the land of promises ?, such is the speaking title which one could give to a collection of its articles. The family of thought to which AS belongs, much more than that of the traveling writers, is that of the romantic poets, of Hölderlin and Rilke. Works by Annemarie Schwarzenbach published in French translation. ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ ​ Tragic heroine of " The Cruel Way ", Annemarie Schwarzenbach did not stop at accompanying Ella Maillart in Afghanistan. She will also take the pen. His writing is precise and of rare authenticity. 1938-1940 The Happy Valley (Das glückliche Tal) During the summer of 1935, when she was going through an acute moral crisis, Annemarie Schwarzenbach stayed with English friends in a tent camp set up in the upper valley of the Lahr not far from Tehran. It was this sojourn that, four years later, inspired her to The Happy Valley, a story she lent to a male narrator. The discovery of a grandiose but inhospitable region, loneliness, the break with bourgeois society, the search for one's own identity, love, death, the fascination with drugs - these are the main themes of this moving text. Annemarie Schwarzenbach (left) and Ella Maillart in their Ford Deluxe, a few weeks before their departure for Afghanistan, June 1939. 1939, Ella Maillard leaves in a Ford, from Geneva to Kabul, with Annemarie Schwarzenbach (named Christina in the account she writes of the trip under the title La Voie cruelle) Annemarie is under the influence of drugs, Ella tries to l 'release it. Afghanistan, 1939 © Anne-Marie Schwarzenbach In 1997, Florence Heiniger invites the director Anne Bisang and the author Yvette Z'Graggen to the Faxculture set to evoke the figure of Annemarie Schwarzenbach. Annemarie Schwarzenbach - A Rebel Switzerland (2000) Based on unpublished archives and co-produced with TSR and ARTE, Carole Bonstein's film retraces the atypical and eventful journey of this Swiss writer, journalist and photographer. Become a key figure in the Swiss cultural landscape, Annemarie Schwarzenbach today embodies a model of courage, lucidity and revolt. Her fight against Nazism and Switzerland's passivity during World War II, her insubordination to her social environment, her pain of life, her internal struggles, her homosexual love affairs and her quest for freedom make her a full-fledged author. and deeply authentic. Crowned with a prize at the Solothurn Festival and two major international prizes, the documentary by Carole Bonstein is the first film to pay tribute to the work and life course of this woman at odds with her time. ​ documentaries 2000 Anne-Marie Schwarzenbach Carole bonstein A graduate of the Faculty of Communication at Boston University and the School of Media Studies in Toronto, Carole Bonstein signed her first film as a director with Une Suisse Rebelle in 2000. After having worked as a director's assistant for numerous shows at Télévision Suisse Romande, Carole Bonstein broadened the scope of her cinematographic experience by moving to Canada in 2002 where she worked for documentaries at Media Incorporation Toronto and for various film festivals in Toronto. In addition to her artistic projects, she acquired a training in cultural management at the University of Geneva. and Lausanne. Carole Bonstein is currently working on other documentary projects as a freelance director. She also collaborates in the production and distribution of various documentaries. Annemarie Schwarzenbach - Une Suisse rebelle (2000) House where Anne marie Schwarzenbcah lived in Sils Baselgia Freedom is only valid as long as one has the strength to use it. Publications (Historical chronology) The dates in square brackets are the dates of writing. Two dates separated by a semicolon correspond to writing and publication. Asterisks denote works published during the author's lifetime. ​ Literary works ​ Nouvelle parisienne [1929], in Inverses n ° 6, 2006 See a woman [1929], Métropolis 2008 * New lyric [1931 ; 1933], Verdier 1994 * Winter in the Middle East [1934], Payot 2006 Le Refuge des cimes [1933], Payot 2004 Orient exiles [1934-35], Autrement 1994 / Payot 2000, 2003 Death in Persia [1935-36], Payot 1997, 1998, 2001 * The Happy Valley [1938 ; 1940], Editions de l'Aire 1991 / L'Aire bleue 2001 The Forty Columns of Memory [1939-40], ampersand 2008 editions Rives du Congo / Tétouan [1941-42], ampersand 2005 editions 2. Reporting and correspondence Letters to Claude Bourdet. 1931-1938, Zoe 2008 Far from New York. Reports and photographs [1936-38], Payot 2000 Where is the land of promises ? With Ella Maillart in Afghanistan [1939-40], Payot 2002 Visions d'Afghanistan [1939-40], Payot 2002 [non commerce] ​ Sources: Dominique Laure Miermont Biographer of Annemarie Schwarzenbach ​ Met Erika mann 1930 - Intellectually and sentimentally decisive encounter with Erika and Klaus Mann (children of Thomas Mann) Ella Maillart 1938 - Meeting with Ella Maillart Once we are on our way, we do not know goodbye or regret, every day it becomes a little less possible to turn around, we no longer want to. Source: Where is the land of promises?

  • Madeleine Pelletier | Femmes Exceptionnell

    Madeleine Pelletier Portrait de Madeleine Pelletier, féministe, anarchiste et médecin Madeleine Pelletier (1874 – 1939), une femme d’avant-garde (2) 00:00 / 58:52 Une femme d'avant-garde Madeleine Pelletier, une femme d’avant-garde 00:00 / 1:00:00 Née le 18 mai 1874 à Paris (IIe arr.), morte le 29 décembre 1939 à l’Asile de Perray-Vaucluse à Épinay-sur-Orge (Seine-et-Oise) ; docteur en médecine, militante néo-malthusienne ; féministe et pacifiste ; franc-maçonne, socialiste puis communiste ; collaboratrice de la presse libertaire. Cinquième enfant d’une famille qui en compta six (ses deux sœurs moururent en bas âge), Madeleine Pelletier passa son enfance dans la misère et connut une grave mésentente avec sa mère qui tenait une boutique de fruits et légumes. Femme dure et dominatrice, elle ne manifesta aucune tendresse à l’égard de sa fille. Surnommée “la jésuite” pour ses opinions royalistes et son fanatisme religieux, elle était haïe dans son quartier à forte tradition républicaine. Son père, ancien cocher de fiacre, frappé d’hémiplégie, passa sa vie cloué dans un fauteuil roulant mais discutait beaucoup avec la petite fille. Elle suivit des études primaires dans un établissement religieux, passa son Certificat d’études primaires à onze ans et quitta l’école. Livrée à elle-même, ayant le goût de l’étude, elle fréquenta la bibliothèque de son quartier et acquit, en autodidacte, une solide culture. Dès l’âge de treize ans, s’échappant le soir du domicile familial, elle fréquenta un groupe féministe où elle découvrit"“toute une voie lumineuse d’affranchissement" et un groupe anarchiste (La sentinelle révolutionnaire) où elle rencontra Louise Michel* et surtout Léon Jamin qui semble avoir eu une grande influence sur sa pensée politique. Sa fréquentation d’un groupe féministe entraîna des discussions sans fin avec les anarchistes : elle prit peu à peu ses distances avec les libertaires. Désirant réussir, pensant y arriver par la culture intellectuelle, Madeleine Pelletier passa son baccalauréat en 1897 en candidate libre et l’obtint, avec la mention très bien, en philosophie. Elle choisit de suivre des études médicales et d’anthropologie ayant obtenu une bourse d’études de la ville de Paris : “C’est le pain assuré mais trempé dans une sauce bien amère.” Entrée à l’École de médecine en 1899, à l’âge de vingt-cinq ans, elle fut la première femme à passer le concours de l’assistance médicale à Paris et fut nommée médecin des bureaux de bienfaisance. Elle voulut concourir pour l’internat des asiles d’aliénés mais l’entrée lui fut refusée, un règlement exigeant que le candidat ait ses droits politiques. En 1904, une campagne de presse organisée en sa faveur par quelques journaux dont la Fronde de Marguerite Durand lui permit de devenir la première femme interne des asiles et de surcroît célèbre. La pratique de la médecine lui apporta des déceptions : à l’asile les internes lui firent une guerre incessante, les infirmières regardèrent “ahuries, cette bête étrange qu’était une femme interne en médecine comme les hommes” et dans son cabinet, elle attendit en vain les clients. Elle fut persécutée pour son apparence jugée scandaleuse : cheveux courts et vêtements masculins qu’elle porta toute sa vie en théorisant sa masculinisation : “Mon costume dit à l’homme : je suis ton égale.” En 1904, Madeleine Pelletier demanda son admission à la “Philosophie sociale”, loge de la Franc-maçonnerie ouverte aux femmes après celle du “Droit humain”, fondée par Maria Deraismes . Pour elle, il s’agissait d’une école d’initiation politique où, encadrées par des intellectuels et des libres penseurs, les femmes pourraient faire leur éducation idéologique. Dès qu’elle fut initiée, elle organisa une campagne dans les milieux maçonniques en vue d’ouvrir aux femmes les loges régulières. Elle rencontra de très vives oppositions, les femmes étant suspectées d’attachement à la religion et à la réaction. Elle fut obligée de quitter la maçonnerie. Son départ fut utilisé par le Grand Orient pour justifier sa politique d’exclusion des femmes. En 1906, elle accepta de diriger le groupe féministe “La solidarité des femmes” à la suite de Caroline Kauffmann , et elle se distingua dans la bataille pour le suffrage des femmes. Au moment des élections de 1906, le groupe se manifesta : défilés en fiacres, banderoles, collage d’affiches, diffusion de tracts. Elle inventa le slogan : “La femme doit voter, elle subit les lois et paie les impôts.” Doutant de l’efficacité des manifestations qui dégénéraient souvent, la police traînant les féministes au poste sous les quolibets d’une foule hostile, elle décida de rencontrer les membres du groupe parlementaire socialiste. Ceux-ci lui promirent de nommer, dans les plus brefs délais, une sous-commission chargée de rédiger un projet de loi sur l’électorat et l’éligibilité des femmes. Elle adhéra alors au Parti socialiste, écrivant : “Le féminisme n’est plus isolé ; il a un appui.” Il bénéficiait, en effet, d’une aura non négligeable auprès des féministes pour avoir, le premier, reconnu l’égalité des sexes au congrès ouvrier de Marseille en 1879, sous l’impulsion d’Hubertine Auclert . Sensibilisée à la misère sociale par ses origines, Madeleine Pelletier partagea les idéaux du socialisme et pensa pouvoir lier l’émancipation des femmes à l’émancipation générale. La “tactique féministe” était alors d’entrer dans les partis politiques de gauche afin de faire entendre leurs revendications. Elle rejoignit d’abord le courant guesdiste le jugeant plus révolutionnaire que la tendance jauressiste et s’inscrivit dans la 14e section de Paris. En 1906, elle proposa une résolution sur le suffrage des femmes au IIIe congrès national qui eut lieu à Limoges. Son projet fut voté à l’unanimité moins les six voix des Vosges et on lui fit comprendre que si sa motion avait été votée, c’est parce qu’elle n’avait aucune importance : “Si le vote des femmes était prêt de se réaliser, vous verriez les objections.” Le 21 décembre de la même année, elle posa la candidature de soixante-dix adhérentes de la Solidarité des femmes à la Chambre en demandant l’admission dans les réunions du groupe socialiste et en exigeant la nomination d’une sous-commission pour le suffrage des femmes. En juillet 1907, elle obtint du congrès fédéral de la Seine de pouvoir représenter à nouveau le texte de la motion de Limoges au congrès de Nancy qui se tint en août. A l’occasion du congrès international socialiste qui eut lieu du 17 au 19 août à Stuttgart, s’ouvrit la première Conférence internationale des femmes socialistes, sous la direction de Clara Zetkin. Madeleine Pelletier fit partie de la délégation des sept femmes envoyées par la SFIO. Elle fut la seule à ne pas voter la résolution dénonçant un texte qui niait l’oppression spécifique des femmes et établissait une séparation nécessaire entre les femmes socialistes et les féministes bourgeoises. Elle rejoignit alors la fraction hervéiste et devint rédactrice à la Guerre sociale. Accusée de “collaboration de classe” pour son attachement à la Solidarité des femmes, elle fonda au cours de l’hiver 1907-1908 un mensuel féministe la Suffragiste et dirigea la société « La Solidarité des Femmes » fondée par une autre féministe, Eugénie Potonié-Pierre , et qui soutenait toutes les candidatures des « suffragettes » sans distinction de parti. En 1908, lors des élections municipales, elle brisa avec Hubertine Auclert les vitres d’une salle de vote. Elles comparurent en correctionnelle. Tentant de résoudre les contradictions entre féminisme et socialisme, elle mena de front des luttes dans le mouvement des femmes et dans le groupe hervéiste. Les hervéistes lui furent hostiles mais ce fut elle qui défendit la motion insurrectionnelle aux congrès de Saint-Étienne en 1909 et de Nîmes en 1910. Hervé ayant été emprisonné pour des articles parus dans la Guerre sociale, Madeleine Pelletier fut proposée sur la liste de la commission administrative permanente pour le remplacer. Elle fut élue à la CAP à l’occasion du congrès de 1909 et réélue en 1910. Elle y définit les positions insurrectionnalistes et souleva quelques remous en déclarant : « Le Parti socialiste n’est pas un parti républicain ; il se désintéresse de la forme républicaine, attendu que certaines nations monarchiques ont réalisé dans l’intérêt de la classe ouvrière des réformes que la République n’a pas su réaliser » (compte rendu, p. 469). En 1910, le Parti socialiste présenta aux élections des candidatures féminines illégales et la nomma dans le VIIIe arr. Elle remporta un nombre de voix plus élevé que le précédent candidat socialiste, soit 340. En 1912, elle fut candidate dans le VIIe arr. (quartier Saint-Thomas-d’Aquin), quartier à nouveau sans espoir. Durant toute cette période, elle écrivit de nombreuses brochures mettant en cause la famille, fondement de la domination matérielle, idéologique des hommes sur les femmes ; dénonçant le mariage qui conçoit la femme comme “la chose” d’un homme, prônant la liberté sexuelle vue comme la liberté de consentir ou de refuser une relation, plaidant pour le droit à l’avortement et à la contraception. Se définissant comme une féministe intégrale, elle revendiqua toutes les émancipations : politiques, économiques, sociales, intellectuelles, sexuelles. En 1912, elle milita dans le comité féminin contre les iniquités sociales créé par des militants et militantes des Jeunesses syndicalistes de la Seine, de tendance anarchiste, dans le but de faire échec à la loi Berry-Millerand qui instituait le service militaire de trois ans. En 1913, elle fit de la propagande antimilitariste auprès des femmes et participa à de nombreuses manifestations. Le revirement d’Hervé, la trahison de la plupart de ses amis socialistes, leur adhésion à l’Union sacrée, l’effondrement du grand rêve de la grève générale révoltèrent Madeleine Pelletier. Avec la guerre, les organisations féministes se transformèrent en ouvroirs, des féministes s’inscrivirent à la Croix-rouge et elle partit sur le front, affirmant vouloir soigner Français et Allemands sans distinction. Le seul aspect positif de cette guerre, qu’elle analysa comme “impérialiste” fut, dit-elle, de faire accéder des femmes à de nouvelles professions. Après la guerre, elle collabora au Libertaire écrivant des articles sur l’antimilitarisme, le néo-malthusianisme, l’éducation du prolétariat, l’affranchissement de la femme sans que, pour autant, elle se soit ralliée au mouvement ainsi qu’il était dit dans le n° 8 du 18 novembre 1921) : « Notre collaboratrice n’est pas anarchiste, elle s’en défend elle-même d’ailleurs. ». Elle donna des articles à L’Idée libre, revue mensuelle d’éducation sociale que fonda André Lorulot* et dont le premier numéro parut le 1er décembre 1911. En décembre 1920, elle assista au congrès de Tours. Lors de la scission, elle reprit son activité politique dans le Parti communiste (SFIC). D’emblée, elle s’inscrivit dans la minorité ultra-gauche. L’engagement de Madeleine Pelletier lui parut conciliable avec son féminisme : le tout jeune Parti communiste avait mis l’égalité des sexes à son programme. Elle devint rédactrice à la revue la Voix des femmes, féministe et socialiste qui passa au communisme et s’appliqua à être le porte-parole du parti auprès des femmes. Elle rédigea de nombreux articles sur la doctrine communiste, la révolution et la Russie. Pressentie par la revue pour participer à la IIe conférence internationale des femmes communistes à Moscou, elle ne put obtenir de passeport. En juillet 1921, elle partit clandestinement pour la Russie. Elle raconta ses souvenirs et ses témoignages dans la Voix des femmes à la fin de l’année 1921, puis en 1922, dans un livre intitulé Mon voyage aventureux en Russie communiste. Propagandiste zélée mais lucide, elle critiqua la terreur, la bureaucratie, la misère de la population et son mysticisme, et surtout la place accordée aux femmes par la révolution. Elle leur reconnut une certaine libération économique et sexuelle mais dénonça leur cantonnement hors du politique, dans des problèmes liés à la maternité, aux enfants, au ravitaillement, aux soins. Elle resta un temps au Parti communiste, défendant le bolchévisme et le féminisme au Club du Faubourg, participant à de nombreuses conférences à Paris et en province. En 1922 et 1923, Madeleine Pelletier fit des conférences où elle glorifiait le bolchevisme dans des réunions organisées par le « Club du Faubourg ». En 1924, elle invita à voter pour les candidats du Bloc ouvrier et paysan présentés par le Parti communiste. Collaboratrice de l’Ouvrière, organe des femmes communistes, tout au long des années 1923 et 1924, elle quitta ensuite le PC (en même temps que les féministes communistes comme Hélène Brion , Marthe Bigot , etc.). Elle militait au Parti d’unité prolétarienne en 1934. Reconnaissant que toutes les tentatives pour allier féminisme et socialisme ou communisme avaient fait faillite, elle prit des distances avec les partis politiques. Elle ne collabora plus dès lors qu’à la presse libertaire : en 1926, à l’Insurgé, à Plus loin, 1926-1939, que dirigeait le Dr Pierrot (Bibl. Nat. J° 52 469), au Semeur contre tous les tyrans, 1927-1936 (Bibl. Nat. J° 30 773). En 1933, elle adhéra au Groupement fraternel des pacifistes intégraux « Mundia ». En 1939, alors âgée de soixante-cinq ans, la police découvrit, à la suite d’une dénonciation, qu’elle pratiquait des avortements. Jugée au nom de la “loi scélérate” de 1920, elle fut convaincue de “crime d’avortement”. En raison de son état de santé (une hémiplégie qui ne laissait aucun espoir de guérison) elle fut enfermée dans l’asile de Vaucluse où elle mourut. En 1992 et 1993, une biographie et un colloque relancèrent l’intérêt pour cette pionnière du féminisme. En 2011, les co-propriétaires du 80-82 rue de Gergovie, réunis en assemblée générale, ont accepté la pose d’une plaque sur la façade de leur immeuble à la mémoire de Madeleine Pelletier, demandant seulement que docteur ne soit pas orthographié docteure. Elle choisit les sciences, elle choisit des carrières masculines parce qu’elle a compris que ce qui est codé au masculin, comme les études scientifiques correspond aussi à ce qu’il y a de plus valorisé dans la société. Elle a conscience également que dans les sciences se joue un des noyaux du sexisme, comme l’idée que les femmes sont intellectuellement inférieures aux hommes. Donc elle va s’intéresser à la capacité crânienne des femmes, à la psychologie et au corps parce que tout ce qui se joue autour du corps des femmes est fondamental dans la domination. Christine Bard, historienne du féminisme propre texte et me modifier. C'est facile. Elle est la première féministe à défendre le droit à l’avortement, dans une publication de 1911, et elle est persuadée qu’un des noyaux durs de l’oppression des femmes se situe dans l’intimité, dans la sexualité, dans l’appropriation du corps des femmes par les hommes. Et là, c’est vraiment d’une modernité incroyable. Et ce n’est pas que du discours. Ce sont aussi des observations qu’elle fait parce qu’elle est médecin et qu’elle pratique des avortements, en prenant le risque de se faire arrêter et d’être emprisonnée. Christine Bard, historienne du féminisme Madeleine Pelletier l’a elle-même écrit, elle avait conscience d’être très en avance sur son temps. Elle a anticipé beaucoup de choses qui aujourd’hui nous paraîtraient banales. Par exemple ; “On ne naît pas femmes, on le devient”, la formule de Beauvoir, qu'elle ne formule pas de la même manière, mais la notion de genre est centrale dans l'oeuvre de Madeleine Pelletier. Même si elle n’emploie pas le mot, elle a travaillé sur “le conditionnement féminin”. Christine Bard, historienne du féminisme Madeleine Pelletier, une féministe intégrale 00:00 / 53:34 Notes [1 ] Porter un pantalon pour une femme nécessitait une autorisation spécifique à l’époque selon l’ordonnance du 16 brumaire an IX (7 novembre 1800), ou “ordonnance concernant le travestissement des femmes”, abrogée le 31 janvier 2013. Madeleine Pelletier, première interne en psychiatrie et féministe avant-garde

bottom of page