top of page

Julie-Victoire Daubié - 1ère bachelière de France et première licenciée
(ès lettres) française

Julie-Victoire Daubié

Pour les jeunes femmes, l'accès au système d’enseignement supérieur est le fruit d'un long combat. Confinées au foyer, destinées à la maternité et dévouées à la famille, certaines, à force de persévérance, ont réussi à ouvrir les portes de l’université, jusqu'alors exclusivement masculine.

Julie Victoire Daubié est née le 26 mars 1824 à Bains-les-Bains, dans les Vosges, où son père occupe les fonctions de directeur dans une importante manufacture de fer-blanc. Huitième enfant de la famille, elle n’a que 20 mois au décès de son père. Madame Daubié et ses enfants rejoignent alors Fontenoy-le-Château, berceau de la famille.

 

C’est là que Victoire passera son enfance et suivra sa scolarité primaire. Elle continue à apprendre, en assistant aux leçons particulières données à ses frères. Lorsqu’elle a 20 ans elle se présente à l’examen du Brevet de capacité, le seul diplôme ouvert aux filles et qui autorise à enseigner. Elle sera préceptrice dans de riches familles à Docelles, à Fribourg où elle apprendra la langue allemande, puis à Paris chez le gouverneur de la Banque de France où elle enseigne le programme des Lycées.

En 1858 l’académie de Lyon met au concours la question suivante : 

Étudier, rechercher, surtout au point de vue moral, et indiquer aux gouvernants, aux administrateurs, aux chefs de l’industrie et aux particuliers, quels seraient les meilleurs moyens, les mesures les plus pratiques :

1) Pour élever le salaire des femmes à l’égal de celui des hommes lorsqu’il y a égalité de service ou de travail.

2) Pour ouvrir aux femmes de nouvelles carrières et leur proposer des travaux qui leur sont successivement enlevés par la concurrence des hommes et la transformation des usages.

 

Julie-Victoire Daubié remporte ce concours et son manuscrit sera édité sous le titre La femme pauvre au XIXème siècle. Ce livre connaîtra de nombreuses rééditions et sera traduit en plusieurs langues.

 

Pour que les femmes puissent prétendre aux emplois de la fonction publique et accéder aux études supérieures le baccalauréat serait un précieux sésame. Victoire décide de forcer cette barrière. Pour se présenter discrètement à l’examen il est impensable de s’inscrire à la traditionnelle ancienne Sorbonne, donc Victoire se présente à la moderne et neuve université de Lyon où elle a maintenant de précieux appuis. Elle est reçue à l’examen le 16 août 1861 avec la mention passable.

La presse française salue unanimement l’exploit de cette première femme ‘’bachelier ‘’. Bachelier et non bachelière, car au XIXe siècle une bachelière n’est pas la titulaire du diplôme mais une jeune fille au mœurs légères qui accompagne les étudiants.

Beaucoup de légendes ont couru sur ce premier bac féminin, le plus sage est de lire ce qu’en écrit Victoire elle-même à Elizabeth Garret-Anderson, la première Anglaise reçue docteur en médecine.

« En France (j'aime à le dire pour l'honneur de mon pays) l'initiative sociale nous manque ici beaucoup plus que la liberté, car j'ai pu être admise, l'année dernière, à l'examen du baccalauréat, par la Faculté des lettres de Lyon, sans faire de demande exceptionnelle. J'ai rencontré partout, pour cette innovation, une bienveillance impartiale et des sympathies généreuses, dont je ne saurais trop remercier ma patrie et mon siècle »

Sa notoriété de première femme bachelier lui ouvre de nouvelles portes, elle donne des conférences, rédige des chroniques. Son audience s’étend à l’étranger. Toujours soucieuse de la qualité de l’enseignement à donner aux filles, elle s’élève contre les lettres d’obédience qui autorisent les religieuses à enseigner sans aucune qualification.

Elle participe à la création du journal Le droit des femmes avec Léon Richer et Maria Deraisme puis elle se consacre aux bulletins de l’Association pour l’émancipation progressive de la femme dont elle est vice-présidente. Ces bulletins seront publiés par l’éditeurs par Thorin sous le titre L’émancipation de la femme. On y trouve tout ce qui existe ailleurs et mériterait d’être imité en France comme les enseignants itinérants d’Écosse, les ateliers italiens, la mixité américaine ou les avancées du droit de vote en Angleterre…

Lors de l’exposition universelle qui se tient à Paris en 1867, elle se voit remettre une médaille récompensant l’ensemble de son œuvre, le témoignage d’une certaine reconnaissance.

Durant le siège de Paris, le maire Jules Ferry convoque une commission mixte de l’enseignement où siège Daubié. Cette commission fait de nombreuses propositions que l’on retrouvera plus tard dans les lois Ferry de 1879 et 1880 

La guerre terminée, Julie-Victoire Daubié décide de forcer les portes de l’antique Sorbonne en se présentant à l’examen de  licence és-lettres. Elle est admise le 28 octobre 1871 et reçoit les félicitations du ministre Jules Simon et de son chef de cabinet Eugène Manuel. Si Victoire est la première licenciée ès-lettres, en 1868 Emma Chenu, la deuxième bachelière,  avait réussi à obtenir sa licence de sciences mathématiques auprès de la faculté des sciences de Paris 

Victoire, malade, se retire à Fontenoy-le-Château où elle commence à rédiger sa thèse de doctorat dont le sujet est  La condition de la femme dans la société romaine. Hélas elle meurt à sa table de travail le 26 août 1874 sans avoir pu l’achever. 

 

Elle est enterrée à Fontenoy où sa tombe est toujours visible.

Aujourd’hui le nom de Julie-Victoire Daubié est souvent donné à de nombreux établissements scolaires, bâtiments universitaires ou à  des voies publiques.

 

Véronique André-Durupt

Biographe de Julie-Victoire Daubié, membre de l’association d’histoire des  Amis du Vieux Fontenoy.  Auteur d’ouvrages régionalistes sur Fontenoy-le-Château et sa région.

 

Bibliographie : Raymonde Albertine Bulger, Lettres à Julie-Victoire Daubié, New York, Peter Lang, ed. 1992,(recueil des correspondances reçues par Julie-Victoire Daubié et conservées par ses neveux)

 

 

Après Julie-Victoire Daubié, le nombre de bachelières reste extrêmement réduit, on en compte 3 autres entre 1861 et 1866, puis environ 350 dans les quarante années qui suivent. Et il faudra attendre 1925 pour que le bac et les programmes scolaires soient les mêmes pour les deux sexes.

"Les journaux ont annoncé la nouvelle, mais rarement en première page. Parfois, elle se trouve dans la rubrique « faits divers », parfois dans la rubrique « nouvelles diverses » ou encore dans celle des « nouvelles des départements » : à la fin du mois d’août 1861, le baccalauréat, premier diplôme universitaire, connaît un moment particulier de son histoire. Lisons Le Constitutionnel, le 24 août 1861 : « La Faculté des lettres de Lyon vient de terminer sa session des examens du baccalauréat. Parmi tous les candidats, il en était un surtout qui, plus que tous les autres, attirait l'attention et l'intérêt du public et de la Faculté ; c'était une femme, Mlle Daubié, institutrice à Paris, qui se présentait courageusement devant la Faculté des lettres de Lyon, pour conquérir un grade, dont l'usage et les préjugés semblaient avoir, jusqu'à présent, réservé aux hommes seuls les avantages et les honneurs ». En 1861, l’égalité scolaire entre les hommes et les femmes est loin d’être atteinte, mais la voix est ouverte, celle de Julie-Victoire Daubié.

Julie-Victoire Daubié (bac)
Julie-Victoire Daubié, une pionnière à l'université(reduit)
00:00 / 52:07

Julie-Victoire Daubié, une pionnière à l'université

"Julie-Victoire Daubié va dénoncer les inégalités dans l'accès à l'enseignement, dans l'accès aux carrières et au niveau des salaires. Elle est très anticléricale aussi et dénonce les passe-droits des congrégations religieuses face à des femmes laïques comme elle. Elle va aussi jusqu'à revendiquer le suffrage au début des années 1870 alors que cela ne fait pas partie des revendications du mouvement féministe de son enfance.

Les premières femmes peuvent entrer à l'université en 1867 mais le grand tournant c'est 1872. Jusqu'à cette date, elles avaient le droit de s'inscrire, elles avaient le droit de passer les examens - Julie-Victoire Daubié est d'ailleurs licenciée en 1871 - mais elles n'avaient pas le droit d'assister physiquement aux cours. En 1872, Julie-Victoire Daubié et d'autres de ses camarades féminines lancent une pétition demandant à ce qu'elles puissent y assister. Une enquête est ouverte, elle montre qu'elles sont admises au Collège de France, dans les facultés de province. Il en résulte qu'en 1872 elles obtiennent l'autorisation d'assister au cours.

Site de la Manufacture : à droite de la chapelle, la maison natale de Julie-Victoire Daubié.

Site de la Manufacture : à droite de la chapelle, la maison natale de Julie-Victoire Daubié.

Plaque à l'effigie de Julie-Victoire Daubié
La Maison de Julie-Victoire Daubié (1824-1874) labellisée « Maison des Illustres »

La Maison de Julie-Victoire Daubié (1824-1874) labellisée « Maison des Illustres »

Plaque à l'effigie de Julie-Victoire Daubié, musée de la broderie Fontenoy-le-Château

Signature de Julie-Victoire Daubié

Signature de Julie-Victoire extraite de son livre La femme pauvre au XIXe siècle qu'elle a dédicacé et donné à la bibliothèque d'Épinal

Tombe de Julie-Victoire Daubié

Tombe de J-V Daubié cimetière du Priollet à Fontenoy-le-Château

bottom of page